Version françaiseEnglish version

Local à louer

Actuellement nous avons un local à louer de 28m²
Nous recherchons en particulier des antiquaires spécialisés en bijoux anciens ; livres anciens ; objets de curiosités ; numismatique ; pendulerie/horlogerie ; orfèvrerie ; argenterie ; miniatures ; bronzes ; armes anciennes ; instruments scientifiques anciens ; maquettes anciennes ; papier peints anciens et antiquités modernes des décennies 1940 à 1970...
N'hésitez par à nous contacter pour une demande de local.

Glossaire Français / Anglais des antiquités

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Label SNACO village antiquaires.jpg
Label 2018 "Antiquité qualité" dans la catégorie "Village d'antiquaires" du SNCAO

Galerie expertisée

logo FNEPSA.gif
L'Hôtel Dongier Antiquités fait appel à un expert affilié à la Fédération Nationale des Experts Professionnels en œuvres d'Art afin d'offrir à la clientèle le maximum de garantie.

La marqueterie

-L’INCRUSTATION :
L’art de la « peinture en bois » se développe au XVème siècle en particulier en Toscane en Italie.
L’ébéniste s’inspire des œuvres des plus grands peintres selon la technique de l’incrustation.
Le support de bois est incisé et dans les cavités creusées sont incrustées des pièces d’essences de bois variée pour composer les motifs et les nuances du tableau.
Cette technique connut un véritable essor en France au XVIème siècle tant dans les décors d’architecture intérieure que dans le mobilier.
On associe aux bois précieux certains métaux tels que l’argent et des matières comme l’écaille, la nacre, l’ivoire ou le corail.
Les procédés furent perfectionnés au XVIIIème siècle, « la marqueterie à quatre couleurs » permet de juxtaposer de nombreux motifs et d’obtenir de grands tableaux floraux par incrustation de larges fleurs.
Puis fut mis au point « la marqueterie élément par élément « permettant la reproduction de tableaux de plus en plus complexes, la suppression des joints dus au « découpage en superposition » et enfin la reproduction en plusieurs exemplaires du même décor.

-LE PLACAGE :
Développement en France au XVIIème siècle d’une nouvelle technique : le placage.
La structure du meuble est réalisée en menuiserie traditionnelle puis habillée à l’extérieur très souvent d’ébène plaqué qui en faisait toute la richesse. Les « menuisiers en ébène » furent appelés « ébénistes ».
Les feuilles d’ébène d’une épaisseur pouvant aller jusqu’à dix millimètres pouvaient recevoir un décor sculpté en bas relief ou gravé.
Véritable enveloppe maquant la structure elle réelle du meuble.
Puis les placages devinrent plus minces et plus variés ; les bois exotiques permettent la réalisation de véritables tableaux non plus incrustés mais plaqués.
Placage et marqueterie s’imposent dans l’art du meuble.

-LA MARQUETERIE :
Elle ne peut se réduire à une seule technique dans la mesure où la variété des effets recherchés correspondent à plusieurs procédés.
Selon l’orientation de la coupe du bois, il est possible d’obtenir différentes qualités de placage.
Outre l’ébène le plus anciennement connu importé d’Afrique, la découverte du Nouveau Monde permit à partir du XVIème siècle l’importation de variétés provenant pour la plupart des forêts amazoniennes.
Certaines parties de l’arbre peuvent fournir des placages particuliers : le départ des racines ou des branches produit « la ronce » tandis que les excroissances accidentelles fourniront « la loupe ».
La « plaque » est l’opération qui consiste à coller le décor de marqueterie sur son support.
La colle forte est commercialisée, à l’état solide, c’est la plaque qui est chauffée avant d’être étalée au pinceau. Puis après séchage, ce sont les opérations de raclage, ponçage et polissage, ensuite « remplissage » qui donneront une surface lisse et régulière.

Retrouver Les Objets en marqueterie à l’Hôtel Dongier Antiquités