Version françaiseEnglish version

Local à louer

Actuellement nous avons un local à louer de 21m²
Nous recherchons en particulier des antiquaires spécialisés en bijoux anciens ; livres anciens ; objets de curiosités ; numismatique ; pendulerie/horlogerie ; orfèvrerie ; argenterie ; miniatures ; bronzes ; armes anciennes ; instruments scientifiques anciens ; maquettes anciennes ; papier peints anciens et antiquités modernes des décennies 1940 à 1970...
N'hésitez par à nous contacter pour une demande de local.

Glossaire Français / Anglais des antiquités

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Label SNACO village antiquaires.jpg
Label 2018 "Antiquité qualité" dans la catégorie "Village d'antiquaires" du SNCAO

Galerie expertisée

logo FNEPSA.gif
L'Hôtel Dongier Antiquités fait appel à un expert affilié à la Fédération Nationale des Experts Professionnels en œuvres d'Art afin d'offrir à la clientèle le maximum de garantie.

L’ART DU VERRE
Art Nouveau
Art Déco

La verrerie Schneider de 1913 à 1989

La production Schneider s’inscrit au départ dans la lignée de celle de l’école de Nancy fondée par Emile Gallé.
La famille Schneider est originaire d’Alsace, elle s’installe à Nancy en 1848.
Ernest Schneider, le fils ainé né le 09/03/1877, entre en 1902 à la verrerie Daum comme représentant de commerce. Il s’affirmera et deviendra un excellent gestionnaire et homme d’affaire.
Charles Schneider son frère né le 23/02/1881 est excellent dessinateur. Il deviendra un éminent créateur. Il suit les cours de l’école des Beaux-Arts de Nancy puis de Paris et devient le directeur artistique aux verreries Daum.
Charles SCHNEIDER vase effile en verre rose.jpg
Charles SCHNEIDER, Vase effilé en verre rose
1906
Charles Schneider expose au salon des artistes français.
Il reste pour les formes et les décors dans la ligne de Gallé :
représentation idéalisée et décors animaliers et floraux.
Nous sommes à l’époque des Fauves, du cubisme et de l’abstraction.
1911
Les 2 frères quittent les verreries Daum. Ils créent avec Henri Wolff la société frères et Wolff, ils ont 30 et 34 ans.

1913
La société reprend l’exploitation d’une ancienne verrerie à Epinay sur Seine.

1914
Arrêt de la fabrication, les deux frères et le personnel qualifié sont mobilisés.

1917
Les 2 frères sont libérés à charge pour eux de fabriquer pour les besoins de la défense nationale de la verrerie médicale pour la chirurgie et laboratoires.
Le financement manque et difficulté d’approvisionnement en matières premières.
Vase SCHNEIDER Le Verre Francais (1).jpg
Vase SCHNEIDER "Le Verre Français".
1918-1919
A côté de la marque Schneider est déposée la marque Charder Le Verre Français et son symbole tricolore. (Charder est la contraction de Charles Schneider).
Les produits vendus sous cette marque le sont en grande quantité selon la technique de la gravure à l’acide. Ils sont exportés aux Etats-Unis, 70% de la production du Verre Français fut exportée en Amérique du Nord et Amérique du Sud entre 1920 et 1929.
La marque initiale Schneider reste la marque emblématique de produits de prestige en quantité réduite et même en modèles uniques.
C’est le Schneider « magicien de la lumière ».
Production industrielle d’art qui relève tous les défis de la technique.
Les verreries Schneider fabriquent leur oxydes colorants et créent des colories particuliers :
Le jaune 21 et surtout le tango : un vermillon éclatant au rouge orange et rose.
On a rapproché cette teinte de celle employée par Gauguin dans sa peinture « la vision du sermon ».
1919 marque l’intensité des créations inspirées de l’Art Nouveau.
C SCHNEIDER Flacon pour pochette de la collection bijoux.jpg
Charles SCHNEIDER Flacon pour pochette de la "collection bijoux"
1920-1923
L’entreprise emploie 350 salariés. Toujours plus d’audace dans les créations.
Notons les séries « Jades et Marbrine ».
Les « Jades » relèvent de deux procédés verriers différents. Entre deux couches de verre colorés des motifs floraux. Le motif apparaît dans une apparence de flou, ce qui en fait toute la particularité et la beauté.
C SCHNEIDER Coupelle de la collection bijoux 1920.jpg
Charles SCHNEIDER, Coupelle de la "collection bijoux"
Charles se démarque de la ligne Art Nouveau avec des formes plus géométriques et des couleurs plus éclatantes.
Modèles : grandes coupes à pied noir et la célèbre collection « bijoux » pièces précieuses miniaturisées qui ont un très grand succès, réalisées par soufflage et application de verre coloré.
C SCHNEIDER Vase oblongue en verre bulle incolore 1920 (2).jpg
Charles SCHNEIDER Vase de forme oblongue en verre bullé incolore
1923-1925 Art Déco
Préparation de l’exposition de 1925.
Diversité des techniques employées : poudres colorées, travail à la flamme, gravure à la roue et au sablage, application à chaud, insertions entre couches de verre.
Les bulles : des bulles brillent dans les parois épaisses du verre.
Le verre bullé s’anime dans les séries « Rustique », « Ecailles » et « Larmes ».
Vase Schneider signe Le Verre Français 1925 1.jpg
Vase Schneider (signé Le Verre Français) 1925
Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes d’avril à octobre 1925 à Paris.
Si la date marque l’apogée des verreries Schneider , les institutions de l’exposition n’ont pas reconnu à leur juste valeur les créations Schneider tout en nommant Ernest Schneider membre du jury.
C’est la grande époque des Arts Déco : décors floraux, couleurs heurtées : violets, vermillons, oranges, bleus, tango. Puis évolutions vers des décors géométriques et des dégradés de couleurs par coloration dans les masses verrrières.
1928-1929
Période de prospérité avant la crise avec les séries « Louxor », inspirée par la découverte en 1922 du trésor de Toutânkhamon, qui imite les vases Egyptiens antiques. La série « Radio » évoque la TSF, qui entre dans les mœurs.
Création des ateliers de ferronnerie et de vitrail.
Rare Vase Boule De La Verrerie Schneider 1930 1.jpg
Rare Vase Boule De La Verrerie Schneider 1930
1929-1933
Les décors « Ardoise », « Trapèzes » et « Arcs » opposent des réserves brillantes à des motifs gravés.
Vers 1932 une série « Mirande » présente des pièces en verre très épais fumé ou topaze, pièces très en vogue : grands bols à pied carré ou coupes basses, avec bandeau ciselé au burin tout autour de la coupe.

1937
Exposition internationale des Arts et Techniques :
Un vase en verre coloré et opacifié avec application à chaud et polissage « a été acquis par le Mobilier National, et un verre bullé avec applications à chaud et retaillées a enrichi le centre national du verre du musée des Art Décoratifs de Paris.

1938-1939
Dépôt de bilan peu après la mort foudroyante d’Ernest Schneider le 11/06/1937.
Charles poursuit la production jusqu’à la faillite prononcée fin 1939.
L’usine d’Epinay est rachetée par une entreprise de jus de fruits, transformée en brasserie de bière sous l’occupation allemande. Tout est alors détruit, les verreries vont à la décharge !

La redécouverte des verreries Schneider se fait grâce en 1981 à l’exposition par le Kunstmuseum de Düsseldorf « Schneider – Glas des Arts Deco » et en 1984 à l’exposition au Louvre des antiquaires à Paris « Charles Schneider maître verrier ».
Depuis les pièces circulent entre collectionneurs spécialisés.
Elles ont retrouvées leur prestige.

RETROUVER LES ANTIQUITES ART NOUVEAU ET ART DECO à l’Hôtel Dongier